Quand faut-il créer un site web « one page » sous WordPress ?

Pour tenter de répondre à cette question, voici quelques pistes de réflexion. Vous êtes prêt ? Le sommaire.
Vous avez aimé la vidéo ?

Pour tenter de répondre à cette question, voici quelques pistes de réflexion. Vous êtes prêt ? Le sommaire.

Qu’est-ce qu’un site « one page » ?

Lorsque vous créez un site internet, vous pouvez décider d’avoir une page unique.

C’est ce que j’appellerai dans la suite de cet article un site « one page ».

Voici un exemple de site (presque) « one page ».

Voici un exemple de site (presque) « one page ».

Pourquoi « presque » ? On en reparlera plus loin dans le cas de la création d’un blog.

J’explique dans ce tuto comment créer des liens ancres pour créer et naviguer facilement entre les différentes sections d’un site « one page ».

Ceci est à opposer à la plupart des sites (sites marchands, sites dynamiques, etc.), qui proposent une URL et un contenu spécifiques pour chaque page. J’appellerai ce type de sites web des « sites classiques » dans le reste de l’article.

Les sites « one page » ont pas mal d’avantages. Ne partez donc pas tout de suite (comme je le vois trop souvent) sur un site classique !

Alors, comment choisir lors de la conception du site ?

Un début de réponse avec trois questions à se poser.

Question 1 : Ai-je beaucoup de contenus longs ?

Par contenu long, j’entends des pages internet de plus de 300 mots.
Plus vous aurez de contenu long, plus ceux-ci auront tout le loisir de s’exprimer pleinement sur une page dédiée.

L’inverse, en revanche, n’est pas vrai.

Il est préférable de regrouper vos textes courts de chaque rubrique sur l’unique page (la « frontpage ») de votre site, plutôt que de les laisser sur une page dédiée où ils finiront bien seuls !

Google (et peut-être même vos visiteurs) qualifiera ces contenus de « pauvres », car trop courts.

Lors de la création d’un plan du site (étape de conception vivement conseillée), je vous recommande de déterminer la longueur de vos contenus principaux.

Question 2 : Ai-je un blog WordPress ?

Si votre site WordPress possède un blog, alors vous sortez du schéma du site « one page » au sens strict.

Pourquoi ?

Car vous allez devoir designer non pas une page, mais plusieurs types de pages.

Un type de page pour la page principale de votre site vitrine, certes, mais également un type de pages pour les articles, les archives, les mots clefs…

Ce n’est pas forcément compliqué (j’explique comment faire un design d’article ici), cependant, il faut en avoir conscience : cela nécessite un peu plus de travail.

Reprenons notre exemple de (faux) site « one page ».

Vous voyez qu’au final, nous n’avons pas qu’une seule page, mais plusieurs modèles de pages.

 En revanche, il est possible de cliquer sur une des rubriques et de suivre un lien directement vers la bonne section du site « one page ». C’est donc un bon compromis.

Pas de pression, donc : ce n’est pas parce que vous utilisez un CMS comme WordPress que vous êtes obligé de publier un blog de 35 articles dès le premier jour. Rien ne vous empêche de reporter le lancement du blog pour mettre en ligne votre site internet !

D’ailleurs, dans l’exemple que j’ai pris, le site n’avait qu’un seul article de publié (mais je pense qu’il vaut mieux ne rien mettre que ne publier qu’un article). On va dire que le bénéfice en référencement Google n’est pas prêt d’être là avec si peu de contenu, et que cela renvoie une image peu professionnelle.

Question 3 : Tout mon contenu important est-il prêt ?

Cela peut paraître bête comme question, mais elle est importante pour votre référencement naturel (et le confort de vos visiteurs), qui a horreur du vide.

Si vous avez peu de contenu sur vos rubriques principales, mieux vaut mettre ces quelques mots sur une page unique que de dire « page en construction » :

Je vous le dis : Google a horreur du terme « page en construction » !

Il pense (peut-être à juste titre) que votre site n’est pas fini.

Dans la mesure du possible, si beaucoup de contenu important n’est pas prêt, regroupez le tout sur une unique page d’accueil, continuez d’écrire des brouillons, puis, quand tout sera prêt, vous pourrez changer.

Astuce : rien n’est figé !

Vous pouvez passer très facilement d’un site « one page » à un site classique via Elementor avec la fonction « Canva ». J’explique cela dans la vidéo présente en haut de cet article.

N’hésitez donc pas à faire évoluer votre projet.

Pas encore prêt à vous lancer dans le blogging ?

Pas encore tout le contenu de prêt ?

Et si vous commenciez par un site « one page » ?

Rien ne vous empêchera de changer, une fois votre contenu publié !

Il ne faut pas que l’absence de contenu vous empêche de mettre un site en ligne !

Pourquoi ?

Car le référencement naturel prend du temps. Le site « one page » peut donc être (dans ce cas) une bonne solution pour votre projet web.

Vous pourrez toujours, le moment venu, faire des liens hypertextes de votre page d’accueil vers vos pages internes !

En revanche, sachez que passer d’un site classique à un site « one page » est (beaucoup) plus difficile d’un point de vue SEO. Il faut gérer les redirections et c’est un peu contre-intuitif pour Google.

Conclusion

Pour répondre à la question : « Mon site vitrine mérite-t-il une seule ou plusieurs pages ? », il faut faire un audit de votre contenu.

  • Avez-vous tout votre contenu principal de prêt ?
  • Quelle longueur fait-il ?
  • Avez-vous prévu de faire un blog ?

En cas de doute ou de remarques, n’hésitez pas : on échange en commentaires. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les vendredis #CREATIFS

Prenez une longueur d'avance avec mes conseils et tutos pour créer VOTRE business avec WordPress. Chaque vendredi.

En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque semaine nos derniers articles de blog par courrier electronique et vous prenez connaissance de notre politique de confidentialité.

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l'aide des liens de désinscriptions ou en nous contactant à l'adresse [email protected] Notre newsletter est envoyée par Active Campaign société américaine membre du privacy shield.

Retour haut de page